Le Medef a pris le contrôle des réseaux gouvernementaux

Sur la page de la pétition en ligne (925 832 signatures au moment où nous écrivons) contre la loi « travail », dite aussi loi « El Khomri », figure une réponse en date du 25 février 2016, signée d’une certaine Myriam El Khomri qui se dit « Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du dialogue social ».

Cette ministre y tient un discours sur « l’adaptation à la concurrence », sur la « négociation collective », sur le « dialogue social », sur la « souplesse dans l’organisation du temps de travail » et sur « l’embauche » (censée être favorisée par des licenciements rendus plus faciles) qui passe totalement sous silence la réalité des rapports de force entre employés et patrons dans les entreprises et qui reprend mot pour mot la novlangue néolibérale et les jérémiades patronales. En appui de ce discours en tout point conforme à celui du Medef, on trouve aussi une page « loi-travail » de propagande patronale sur le site officiel www.gouvernement.fr.

Le compte Twitter @LoiTravail a également été ouvert par le gouvernement pour faire, cette fois en moins de 140 caractères, la propagande de cette loi antisociale.

Un certain Djamel Agaoua, « business angel » à la tête d’une société spécialisée dans le marketing mobile apparaît comme initiateur d’une pétition de soutien à la loi « travail » (ayant rassemblé à l’heure où nous écrivons le nombre impressionnant de 39 signatures) stipulant : « Les entreprises pourront décider avec leurs salariés des règles de travail, et ne seront plus obligés [sic] de respecter des règles définies par des syndicats qui ne représentent plus personne. »

Une autre pétition (14 209 signatures au moment où nous écrivons) de soutien à cette loi a été initiée par Dominique Reynié, politicien de droite, et a recueilli des signatures aussi notables et significatives que celles de Pierre Gattaz, l’actuel président du Medef ou de Laurence Parisot, qui l’a précédé à ce poste.

Au vu de tous ces éléments, l’Observatoire des réseaux est donc en mesure d’affirmer que les réseaux gouvernementaux sont désormais contrôlés par le Medef pour y défendre les intérêts du Capital*. Les salariés et les étudiants auront l’occasion de montrer dans la rue à partir du 9 mars 2016 qu’ils ne sont pas dupes.

[Nous avons retiré le dessin de Tipane Hans que nous avions emprunté à Bob Solo qui nous fait savoir que l’auteure souhaite faire jouer son droit à la propriété intellectuelle]

Edit (04/03/16) : Le Medef a aussi écrit aux parlementaires pour soutenir la loi El Khomri.

* La conversion de ce gouvernement à l’idéologie du Medef n’est pas un scoop pour les observateurs avertis, bien sûr, mais on peut dire que là, ça commence à se voir vraiment beaucoup et que cela devient impossible à nier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *