Retour sur notre erreur à propos d’un porte-parole auto-désigné des Gilets Jaunes

Dans un précédent article, « Eric Drouet, gilet jaune ou chemise brune ? », nous nous interrogions sur l’apolitisme affiché par ce routier initiateur sur Facebook des appels au blocage des 17 et 24 novembre. Nous y affirmions, à tort, qu’Eric Drouet était membre d’un groupuscule conspirationniste (le CNT), induits en erreur par une vidéo d’Eric Fiorile, fondateur de ce « Conseil National de Transition » qui s’appuyait sur un reportage de France 3 pour affirmer qu’un «premier appel a été lancé par un membre du conseil national de transition». Comme France 3 parlait du créateur d’une page Facebook d’appel au blocage, nous avions conclu un peu vite qu’il s’agissait de Drouet. En fait, comme l’a révélé le service Checknews de Libération, le barbu qu’on voit dans le reportage de France 3 n’est pas Drouet, mais un certain Franck, initiateur d’un appel local au blocage dans les Alpes-maritimes et non de l’appel national. Pan sur la lunette de l’Observatoire des réseaux, donc. La presse bourgeoise a parfois du bon, du moins lorsqu’elle rémunère des journalistes pour faire les vérifications que de modestes bénévoles comme nous n’ont pas toujours la possibilité de faire.

Pour autant notre questionnement au sujet d’Eric Drouet était-il infondé ? Pas tout à fait. Car, comme le rappelle Checknews au sujet de notre article : Continuer la lecture de Retour sur notre erreur à propos d’un porte-parole auto-désigné des Gilets Jaunes

Eric Drouet, gilet jaune ou chemise brune ?

Le mouvement des « Gilets Jaunes » a été initié suite, notamment, à l’événement Facebook créé pour l’action de blocage du 17 novembre 2018 par un certain Eric Drouet, routier se présentant comme « apolitique ».

Nous ne prétendons pas ici effectuer une analyse politique ou sociologique du mouvement des Gilets Jaunes, ni couvrir d’opprobre un mouvement protéiforme dans lequel sont engagés aussi de simples citoyens, mais également des syndicalistes ou des militants de gauche aux revendications respectables.

Reste que le dénommé Eric Drouet devrait inspirer quelque méfiance aux syndicalistes et militants engagés dans les actions des gilets jaunes.
En effet, si celui-ci se déclare apolitique et n’affiche effectivement aucune appartenance partisane sur sa page Facebook, il y a déjà posté des publications anti-migrants assez typées.

Par exemple, le 13 juin, il relayait une publication demandant à Macron de « diminuer le coût de plusieurs milliards consacrés à l’immigration chaque année », coût qui serait « honteux » (on sait qu’en réalité l’immigration rapporte chaque année à la France en cotisations, impôts et autres taxes). Il s’agit bien là d’un vieux fantasme de l’extrême-droite xénophobe. Continuer la lecture de Eric Drouet, gilet jaune ou chemise brune ?

Discuter avec l’huppé air ?

Certains militants syndicaux ou engagés dans les luttes sociales pensent qu’on peut manifester sans sourciller avec l’UPR sous prétexte que « c’est la démocratie » ou que les militants de ce groupuscule nationaliste ni de gauche ni de gauche sont marginaux et qu’il ne faut pas faire attention à eux.

Lors des manifestations du 22 mars 2018 contre la casse des services publics, des militants de l’UPR se sont ainsi immiscés avec leurs banderoles dans le cortège syndical marseillais avant d’en être expulsés par des camarades.

Statut Facebook d’un militant de l’UPR

 

Nous n’allons pas revenir ici sur ce que représente politiquement l’UPR dont le fond de commerce consiste à mêler souverainisme et complotisme (voir par exemple le dossier des camarades Debunkers sur le hoax « Hallstein »). Pour celles et ceux qui auraient échappé au flooding des trolls de l’UPR sur les réseaux sociaux et ignoreraient encore tout de la pensée d’Asselineau, voir par exemple cette courte présentation par le vidéaste Usul de ce technocrate post-pasquaïen : Continuer la lecture de Discuter avec l’huppé air ?

Retour sur les techniques de propagande de la fachosphère

Dans une enquête bien documentée, La fachosphère, parue en 2016 chez Flammarion, les journalistes Dominique Albertini et David Doucet se penchent notamment sur le cas du site « Fdesouche », pionnier de la propagande identitaire raciste sur internet, et toujours particulièrement relayé sur les réseaux sociaux, y compris parfois, hélas, par des internautes peu regardants sur les sources des articles à sensation qu’ils partagent. Nous citons ce passage du livre, qui laisse parler Pierre Sautarel, militant geek d’extrême-droite fondateur de ce site, et qui présente un bon résumé d’une stratégie malheureusement très efficace, déclinée depuis à l’infini par moult autres sites de pseudo-réinformation.

« “La devise sur Fdesouche, c’est de faire le moins d’analyse possible, résume Sautarel d’un débit rapide. Il s’agit de faire passer une idée politique par la concentration et le choix d’articles trouvés ailleurs. On fonctionne sur le principe d’une revue de presse, à base de copier-coller. Ensuite, ce sont nos lecteurs qui font l’analyse : à eux d’analyser, de disserter, et de montrer où est la manipulation s’il y en a une.” »

Continuer la lecture de Retour sur les techniques de propagande de la fachosphère

De rouge brun à brun brun

Le conspirationniste Benajam (fondateur avec Meyssan du Réseau Voltaire) annonce sur Facebook qu’il va voter pour l’ultranationaliste Asselineau au 1er tour de la présidentielle 2017 et pour la fasciste Le Pen au second tour.
No comment.

L’alliance des confus

Le nationaliste pasquaïen Asselineau l’a annoncé sur la page Facebook de son groupuscule : il a le soutien pour l’élection présidentielle 2017 du confusionniste Etienne Chouard pourtant pas avare habituellement de diatribes contre le suffrage universel. Asselineau lui-même n’a d’ailleurs jamais semblé séduit par le fétichisme du tirage au sort si cher à Chouard (en dépit des apparences, cette phrase ne comporte pas de contrepèterie). Il serait vain de chercher une cohérence chez ces gens-là, de toute façon. La posture « anti-système » et les obsessions complotistes tiennent lieu de ciment. Nous avions déjà montré dans une vidéo que les deux larrons relayaient joyeusement le même hoax sur le premier président de la Commisssion européenne. La collusion dans la confusion désormais officielle n’est donc pas pour nous étonner.

Sapir, ça pue vraiment très fort

Le réseau Twitter permet, par la concision qu’il requiert, de saisir en un clin d’oeil l’ampleur de la dérive de l’économiste Jacques Sapir.

tweet de Sapir
Tweet (supprimé depuis) de Jacques Sapir (il n’assume pas encore complètement d’être devenu un gros réac ?)

Continuer la lecture de Sapir, ça pue vraiment très fort

Entre Lordon et Chouard : « une rupture catégorique et définitive »

Puisque les partisans d’Etienne Chouard (et Chouard lui-même) se sont beaucoup réclamés sur les réseaux des idées de Frédéric Lordon, puisque certains blogs « antifas » veulent également ranger Lordon et Chouard dans le même sac confusionniste, il est peut-être bon de faire savoir ce que l’intéressé en pense vraiment. Voici donc ce que Frédéric Lordon a déclaré au micro de Daniel Mermet le 29 avril 2016 :

Continuer la lecture de Entre Lordon et Chouard : « une rupture catégorique et définitive »

La confusion qui s’étale

Les fascistes et les confusionnistes qui infestent le web et les réseaux sociaux ont de quoi exulter. Non seulement l’apolitisme et le « citoyennisme all inclusive  » qui se sont installés en bonne place dans le mouvement « Nuit Debout » leur ont permis de s’incruster dans des luttes sociales auxquelles ils n’ont jamais pris aucune part, mais ils viennent de recevoir une aide inattendue de la part d’un groupe « antifa ». En effet, dans un très indigeste dossier publié sur un site hébergé sur « antifa.net », Les Enragé-e-s, associés à Veille Extrême, Soliran Paris et Confusionnisme.info, s’efforcent, sous prétexte de s’attaquer à une prétendue « galaxie citoyenniste », de mettre dans le même sac des figures ou organisations de gauche aussi diverses que François Ruffin, Frédéric Lordon, Julien Bayou, Acrimed, Pierre Carles, Ballast, Usul, Bernard Friot, Franck Lepage, Jean-Luc Mélenchon, Gérard Filoche, le couple Pinçon-Charlot, Hervé Kempf, Fakir, Julien Salingue, Eric Hazan, Julien Coupat… et des confusionnistes comme Etienne Chouard, voire des fascistes comme Alain Soral ! La parodie d’affiche qui annonce ce bal de la confusion trouve même le moyen d’inclure Marine Le Pen. En fait, c’est l’intégralité de la gauche opposée au gouvernement Hollande-Valls-Macron qui se retrouve ici amalgamée à l’extrême-droite. Continuer la lecture de La confusion qui s’étale

Ce royaliste nationaliste qui prétend s’incruster dans une lutte sociale

Depuis que Sylvain Baron a été prié fermement par la commission « Accueil et Sérénité » de « Nuit Debout » de ne pas venir perturber le collectif en lutte qui occupe la place de la République, ses défenseurs nationalistes, chouardiens et autres conspirationnistes hurlent à la « censure » contre « la liberté d’expression », comme si la liberté d’expression, c’était pouvoir dire n’importe quoi à n’importe qui à n’importe quel moment en n’importe quel lieu et sans tenir aucun compte du désir des destinataires de recevoir ou pas le message qu’un propagandiste veut leur imposer. Beaucoup arguent aussi sur les réseaux sociaux que Baron ne serait ni fasciste ni d’extrême-droite, qu’il serait même « de gauche », et exigent auprès de ceux qui le nient des preuves du contraire. Continuer la lecture de Ce royaliste nationaliste qui prétend s’incruster dans une lutte sociale