Le confusionnisme d’Etienne Chouard, Episode 1

Dans ce petit montage, nous décryptons une interview dans laquelle Chouard, sous prétexte de s’expliquer sur Soral, s’enfonce et raconte n’importe quoi sur Walter Hallstein, l’UE et les nazis en se fondant sur les élucubrations d’Asselineau et d’un certain docteur Rath. Un grand moment de novlangue confusionniste.

Erratum : des internautes nous ont fait remarquer que Chouard avait parlé du « livre » de Rath bien avant la mise en ligne de la vidéo d’Asselineau ; il semblerait donc que Chouard n’ait pas eu besoin d’Asselineau, contrairement à ce que nous laissons entendre, pour tomber dans le même panneau que lui, ce qui ne change rien au fond de l’affaire.

23 réflexions au sujet de « Le confusionnisme d’Etienne Chouard, Episode 1 »

  1. Comment voulez-vous qu’on reste un quart d’heure à essayer de se faire une opinion tandis que cette musique lancinante et débile y génère la confusion?
    On dirait une tentative de lavage de cerveau… avez-vous vraiment à ce point envie et besoin de nous convaincre?
    Je comprends que ce soit important pour vous et que ce soit même la façon dont vous vous concentrez vous-même sur votre travail… mais c’est loin d’être le cas de tout le monde…
    Heureusement pour moi, je suis déjà convaincu que Chouard est un confusionniste…
    Cessez de nous agresser…

    1. Quand on lui montre la lune, l’idiot regarde le doigt. Si la musique gêne la zénitude contemplative de votre lac des signes cérébral, il suffit de la couper. 🙂

        1. Les propos sont surmixés par rapport à la musique. Il est donc possible de couper le son lorsque du texte s’affiche et de le remettre lors des extraits de discours de Chouard ou Asselineau.
          Une retranscription écrite de l’interview de Chouard est disponible ici pour les oreilles trop sensibles : https://blogs.mediapart.fr/edward-sexby/blog/071214/etienne-chouard-le-fascisme-la-droite-et-la-gauche. Quant aux élucubrations d’Asselineau, elles se trouvent assez facilement un peu partout sur le net avec ou sans fond sonore.
          La bande-son de notre montage ne saurait donc être un prétexte pour évacuer le fond du message, que ce soit de la part de partisans de Chouard, Asselineau, ou Rath, ou de la part d’anonymes aigris assouvissant d’inavouables revanches.

  2. Non c’est vraiment pénible cette musique. On se croirait dans une de ces vidéos complotistes. Vous sapez votre message. Votre réponse ironique et bileuse est indigne, et mensongère puisque vous la maintenez derrière les paroles, il est donc impossible de la couper totalement. Je suis avec vous, mais ce type de montage est ringard, modernisez-vous!

    1. Il est plaisant de voir « tant » de « mélomanes » intervenir sur ce seul point, parfaitement accessoire. Les sources des documents utilisés sont listées. Chacun est donc libre de se fabriquer une version personnalisée du montage avec la musique de son choix et de la rediffuser où bon lui semblera.

  3. J’ai fais ce commentaire sur le site des debunker :  »
    Je suis pas hyper d’accord sur le fait que ce soit bien présenté. La vidéo est lente, et donne l’impression d’étouffement; parce qu’elle n’entre dans aucune série de vidéos précédente(ou alors je n’ai pas trouvé),à cause la musique (je rejoint les commentaires sous la vidéo), et qu’elle ne se suffit pas à elle même : il faudrait une intro avec : qui est Chouard? Qu’est ce que le confusionnisme? Ensuite, ben une voix off et des images plutôt qu’un powerpoint. Faire défiler un texte sur une vidéo ne présente pas grand intérêt, autant faire un article avec lien et source, comme ce qui est fait sur le site des debunker. Le message et l’intention sont bons , bémol sur le « l UE est à combattre », qui n’a rien a faire dans cette vidéo car pas c’est un point de vue qui n’est pas développé, et enlève de la force à la vidéo, car on pourrait se sentir dans une autre video de propagande « de charybde en scylla ». L’analyse est bien faite, mais la forme sera clairement un frein à sa diffusion, et c’est dommage. La personne propose dans les commentaires de faire soi même une vidéo si on est pas content. Je ne prétend pas le faire ( et les autres commentaires non plus), mais vraiment dans le but d’améliorer le message sur sa forme, surtout si il compte en faire d’autre. Il peut ou pas prendre en compte ces remarques. » Et si, je ne prétend pas faire de vidéo, je salue l’effort et le travail fourni de faire passer le message, que je ne ferai pas moi même.

    1. Le web est décidément peuplé d’esthètes prodigues d’avis avisés sur les techniques de production audiovisuelles. 🙂
      Cette vidéo s’adresse en priorité à ceux qui contestent l’ordre établi et qui voient encore dans Chouard un inoffensif propagandiste de thèses démocratiques. Dès lors, il n’est pas réellement nécessaire de leur présenter Chouard, qu’ils connaissent déjà. Le terme de « confusionnisme » n’a pas réellement besoin non plus d’être défini puisque le « récit » de la vidéo présente précisément la genèse d’une confusion.
      Le public de Chouard est habitué aux vidéos fleuves statiques (type conférence de Guillemin), donc la forme choisie ici convient à ce public spécifique et pourra être relayée facilement sur les réseaux sociaux par les militants de gauche en réplique aux vidéos propagées par les trolls chouardiens ou UPRistes.
      La phrase « l’UE est à combattre » correspond tout à fait, par-delà nos divergences individuelles, aux orientations politiques de notre collectif qui ne se situe aucunement dans une position de neutralité objective. Il est à noter que les Chouardiens, enclins à la paranoïa complotiste, nous accusent déjà d’être des agents de l’UE. Il n’est donc pas forcément inutile de préciser d’où nous parlons. L’exemple qui est donné (le sort de la Grèce) suffit à résumer notre opposition, le sujet n’étant pas non plus de présenter une thèse sur la nocivité de l’UE.

  4. Bonjour,

    Comment ne pouvez vous pas voir l’évidence ? Les plus grands nazis se faisaient passer pour des saint ! Vous vous documentez la ou le mensonge se colporte plus vite que la malaria (Site officiels).

    L’ignorance ! Vos arguments sont légers.

    1. Nous nous sommes documentés ailleurs que sur des « sites officiels » : dans des ouvrages d’historiens. Nos sources sont mentionnées à la fin de la vidéo.

  5. Hallstein fréquentait Hitler et Mussolini et œuvrait à la préparation de la grande Europe.

    Mais heureusement des sources contradictoires sont apparues avec le temps comme Wikipedia et le site de la commission Européenne. lol

    Merci au « journalisme » d’investigation du Web.

    1. Sur quelle source vous fondez-vous pour affirmer que « Hallstein fréquentait Hilter et Mussolini et oeuvrait à la préparation de la grande Europe ? » Nous n’avons trouvé aucun document allant dans ce sens, à part bien sûr le torchon de Rath.

  6. Il manque juste un élément pour nuancer vos déclarations dithyrambiques. On passe sous silence sa mission au sein d’une délégation officielle du régime nazi en Italie fasciste, sous la direction de Hans Frank de sinistre mémoire. Dommage mais cela ruine tous vos efforts à faire de lui un obscur professeur d’université en retrait des événements de son époque. C’est bien ce que l’on essaie de nous vendre dans de succinctes hagiographies. De plus, le discours de Rostock que vous évoquez ici est en parfaite adéquation avec les thèses expansionnistes du IIIe Reich, ce qui effectivement ne fait pas de lui un criminel. Juste une petite main du droit allemand qui a soutenu à sa manière le régime hitlérien. Mais si l’on avait pratiqué à son endroit le petit jeu des amalgames que vous pratiquez avec Chouard, cela aurait du suffire à l’exclure définitivement de la scène publique. Mais l’Histoire est écrite par les vainqueurs.

    1. Comme un internaute qui relayait notre publication vous l’a déjà signifié ailleurs (où vous teniez le même discours en tant que Teo Palacios, militant de l’UPR), cette participation de Hallstein à une conférence germano-italienne était bien une intervention technique de professeur d’université, et certainement pas de décideur ni d’idéologue. Si les documents actuellement disponibles vous semblent de succinctes hagiographies, libre à vous d’essayer de trouver des documents moins succincts et plus critiques. De notre côté, nous n’en avons pas trouvé, et en tout cas, aucun document n’atteste les affabulations de Rath, Asselineau et Chouard.
      Comme nous l’avons dit à un autre commentateur, le discours de Rostock n’est pas spécifiquement en adéquation avec les thèses expansionnistes du IIIe Reich, mais évoque (sans jugement sur le fond) les procédures juridiques qui découlent d’une expansion pangermaniste en cours. Ni ce discours ni la participation d’Hallstein à une conférence germano-italienne avant guerre ne sauraient étayer les théories fantaisistes de Rath, Asselineau ou Chouard.

  7. Bon, j’ai la flemme de regarder la vidéo avec attention (mea culpa, mais je suis « mélomane » et la musique m’a bloqué), donc je me suis contenté de lire le résumé :s .

    Le fait que Chouard cite Asselineau comme référence n’est pas suffisant pour confirmer la justesse de son propos. De plus, étant moi-même chercheur, je peux confirmer que l’ouvrage cité est une source non recevable. C’est un torchon. Donc je suis complètement d’accord avec vous sur le fait que présenté ainsi, la thèse d’Asselineau est ridicule.

    Cependant, sur le message passé, le fait qu’Hallstein était un nazi, j’ai beaucoup plus de mal à rejoindre votre critique du « c’est n’importe quoi ».

    Pour défendre mon propos, je citerai une autre source que celle ici avancée, cette source n’étant pas présentée par l’UPR mais par l’UKIP. La reprise d’un de ces discours dans un journal datant du 24 janvier 1939 était avancée pour défendre la thèse « Hallstein était un nazi ». Ci-dessous une capture d’écran de l’article en question (en allemand):

    http://www.ukipmeps.org/uploads/image/Greater-Germany.jpg

    Pour citer l’article de l’UKIP avec une traduction bas de gamme (vous m’excuserez mes lacunes ^^):

    « Le 23 Janvier 1939, Walther Hallstein (Doyen de la Faculté de droit et d’économie à l’Université de Rostock, dans le nord de l’Allemagne) a fait un discours remarquable à des universitaires et gouvernementaux-fonctionnaires, intitulé « Die Rechtseinheit Grossdeutschlands » ( «l’unité juridique de la Grande Allemagne ») expliquant comment le droit allemand serait adaptée pour servir « l’ordre social moderne » dans toute l’Allemagne et dans les territoires, nouvellement liés (neu angeschlossen) à la patrie, «créant une nouvelle nationalité pour les personnes ».

    « En outre, » dit-il « ce processus soumet ces peuples et les territoires à la souveraineté de l’État-mère, du point de vue de ses pouvoirs législatifs, exécutifs et constitutionnels, et dans tous les autres domaines juridiques ». A cela il ajoute « l’union (Anschluss) laisse l’ordre juridique existant intact: dans tous les territoires unifiés l’ancien système juridique est pérennisé – à l’exception, bien entendu, lorsqu’il est contraire à la constitution de l’état unifié.

    Il est assez clair que, dans les remarques qui précèdent, Hallstein ne se référait pas seulement à l’Autriche et aux parties de la Tchécoslovaquie, car il continua: « la structure de l’organisation administrative de l’Autriche et des Sudètes, qui est actuellement en forme, servira de modèle pour la future administration de l’ensemble du Reich « .

    Hallstein a également évoqué la division des «territoires unifiés» en «régions du Reich » (Reichsgaue) et, « au niveau inférieur », nouvelle division dans les villes et les comtés « Les régions du Reich, »conclut-il, » seront dirigées par les gouverneurs du Reich (Reichsstatthalter), tandis que chacune de leurs villes ou comtés sera dirigée par un conseil d’administration (Landrat)  »

    Bref, il semblerait que l’article mentionné existe et a été publié en 1939 dans le « Niederdeutscher Beobachter ». Si son existence est avérée, ce en quoi je crois (je ne vois pas pourquoi l’UKIP s’amuserait à en parler), il est dommage que celui-ci ne soit pas présenté en France, surtout par l’UPR qui se contente d’une « preuve » très discutable », car il me semble qu’il permettrait d’enfin mettre un terme à cette discussion stérile de savoir si oui ou non Hallstein était un nazi lors du troisième reich. En tout cas, votre article m’a donné envie de creuser le sujet 🙂 . Je vais essayer prochainement de retrouver l’article en question dans les archives allemandes histoire d’être fixé.

    1. Cet article (d’un journal nazi qui rend compte du discours sous un angle nazi) est en fait le même que celui qui est déjà cité par le torchon de Rath. Hallstein a visiblement fait là son travail de juriste, réfléchissant à l’extension du droit allemand aux territoires annexés. Cela ne constitue pas une participation aux crimes de guerre nazis ni une adhésion avérée à l’idéologie nazie. La phrase « la structure de l’organisation administrative de l’Autriche et des Sudètes, qui est actuellement en forme, servira de modèle pour la future administration de l’ensemble du Reich » peut très bien évoquer les futurs territoires annexés en vertu des revendications pangermanistes non seulement des nazis mais de beaucoup de conservateurs allemands, pour qui les populations « allemandes » de Dantzig, de Silésie ou d’Alsace avaient vocation à faire partie du Reich. Difficile de savoir si Hallstein adhérait lui-même à une telle conception de la nation allemande. Mais avoir évoqué sur le plan juridique l’éventualité d’une extension du Reich ne fait pas de lui un nazi.
      Et surtout, cela n’en fait pas, contrairement à ce qu’affirment sans aucun élément probant Asselineau et Chouard (et peut-être l’UKIP aussi, donc ? amusant voisinage…), un juriste nazi « proche d’Hitler » chargé par celui-ci d’organiser « das neues Europa », ni ultérieurement l’artisan en Europe d’un « projet fasciste » qui n’aurait fait que reprendre un plan élaboré pour le Reich nazi. Ça, c’est n’importe quoi (jusqu’à preuve du contraire, bien sûr).
      Chouard et Asselineau relaient donc bien une thèse qui ne s’appuie que sur le « torchon » de Rath et qui a toutes les caractéristiques du hoax.

  8. Nous recevons un certain nombre de commentaires de militants de l’UPR qui font de leur groupuscule nationaliste d’ultra-droite une propagande que nous ne souhaitons pas relayer ici, et qui nous font part de points à leurs yeux à charge contre Hallstein. Pour résumer, un article de la Stampa de 1938 rapporte qu’il a tenu un discours en Italie lors d’une réunion bilatérale germano-italienne, et un article de journal nazi de 1939 évoque un discours tenu à l’université de Rostock. Mais aucun de ces documents n’accrédite la thèse fantaisiste de Rath, les discours en question d’Hallstein ne contenant aucun élément de nature à prouver son adhésion à l’idéologie nazie et pouvant relier celle-ci à sa participation ultérieure à la construction des institutions européennes. Un autre internaute nous envoie également toute une liste de criminels nazis n’ayant pas été membres du parti nazi, pour nous assurer que Hallstein pouvait parfaitement être nazi sans avoir adhéré. Soit. Mais la charge de la preuve incombe à l’accusation, et jusqu’ici, personne ne nous a prouvé une quelconque culpabilité d’Hallstein. Il reste donc innocent jusqu’à preuve du contraire. Inutile de relever qu’une de nos sources est la Commission européenne, nous spécifions bien dans la vidéo qu’il y en a d’autres et nous donnons plusieurs exemples, dont celui de l’historienne Ingrid Piela, qui cite bel et bien des sources « primaires », telles le résistant Eugen Gerstenmaier, et s’appuie aussi sur le travail d’Ernst Klee, auteur d’un lexique des personnalités du IIIe Reich.

    De toutes façons, notre propos n’est pas de défendre Hallstein, dont nous n’épousons certainement pas les idées conservatrices anticommunistes, mais de souligner que Chouard et Asselineau relaient un hoax s’appuyant uniquement sur le ridicule ouvrage du docteur Rath, ce qui ne saurait être recevable. Si d’aventure de nouveaux documents révélaient un jour qu’Hallstein était plus compromis qu’il n’y semblait avec le régime nazi, cela ne changerait rien au fait que Chouard et Asselineau l’ont accâblé — et ont construit leur obsession commune de l’UE « projet fasciste » — sur la seule base des falsifications de Rath.

  9. Je pense que le problème n’est pas le fait qu’Hallstein adhérait ou pas aux idées nazi, car ses travaux collaient visiblement parfaitement avec les plans des nazis. Vous essayez de nous démontrer des mensonges en vous arrêtant sur un détail : Hallstein pensait-il au fond de lui comme les nazi ou non.
    Je pourrai aussi retourner le problème : qui êtes-vous ? Pourquoi ne signez-vous pas vos articles ? vos documentaires ? Comment peut-on faire des recherches sur vous afin de nous faire une idée de vos motivations profondes ?

    1. L’affirmation « ses travaux collaient visiblement parfaitement avec les plans des nazis » demanderait à être étayée par une argumentation solide fondée sur des sources sérieuses (autres que le hoax du dr Rath).
      Qui sommes-nous ? Un collectif de bénévoles issus de différents courants émancipateurs (anarchisme, communisme, écosocialisme…). C’est indiqué dans l’à-propos. Cela en dit très long sur nos motivations profondes. Et comme nous aimons nos familles, nous n’allons pas livrer nos noms et nos adresses à ceux qui pourraient prendre ombrage de nos décryptages. Tout comme vous qui signez votre commentaire du nom d’un auteur décédé.

      1. Ce nom est le mien, l’auteur que vous citez est un homonyme bien vivant.
        Si votre cause est juste, vous ne devez pas avoir peur de signer. Ayez le courage de vos opinions, c’est le minimum qu’on puisse demander je pense.
        Pour en revenir a Mr Chouard, le faire passer pour un membre d’ultra-droite est du pur délire panaroïaque servant avant tout ceux que ses theses dérangent.

        1. Défendre une cause juste n’a jamais garanti la sécurité de personne. Nous avons des camarades qui ont subi harcèlement et agressions après s’être opposés publiquement aux fascistes et à leurs relais confusionnistes, sans parler de la discrétion qui s’impose vis à vis du pouvoir d’Etat comme de celui des grandes firmes comme Facebook..
          Nous ne faisons pas passer Chouard pour quoi que ce soit : nous décryptons les mensonges qu’il relaie et remontons aux sources. A vous d’en tirer les conclusions que vous voulez.

Répondre à Emmanuel Darley Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *